marie-hélène le ny

 Photographies de Familles
"PHOTOFOLIES", Dalle des Olympiades, Paris 13
1992

 photographiste



 

 
photographie Anne Le Goff

 

Les 22, 23 et 24 mai 1992 eut lieu la première Photofolie, organisée par le ministère de la culture. Elle se voulait une manifestation conviviale axée sur une pratique festive et populaire de la photographie.
A cette occasion, je me suis installée dans la rue, afin de réaliser des photographies de familles. De par le développement de la photographie domestique de masse, le portrait familial "posé" chez le photographe s'est raréfié, au profit d'une photographie qui témoigne de la vie des familles de façon plus vivante et moins conventionnelle. Cependant, il y manque presque toujours un ou plusieurs membres de la famille, ou bien ils ne sont pas tous visibles.
Je me suis donc installée dans mon quartier, le 13ème arrondissement, sur la dalle des Olympiades, dalle piétonne entourée de grands immeubles qui abritent environ 15 000 personnes. Au carrefour des 4 accès principaux, j'ai peint un vaste cercle sur le sol, cercle dans lequel je demandais aux passants de venir poser en famille.

Cette petite mise en scène instaurait une photographie "posée", volontaire, et un échange avec mes modèles. Après une période de méfiance pendant laquelle les enfants ont les premiers répondu à ma demande, les familles ont joué le jeu. Souvent, après être passé près de moi, un père, une mère ou un enfant revenait avec le reste de la famille.
Conviviale et sans prétention,
cette intervention m'a permis de réaliser environ 300 portraits de familles et de groupes, où la joie de certains contraste avec la gêne de certains autres qui ont mis beaucoup de solennité dans leur pose, peu habitués qu'ils sont à être sollicités pour eux-mêmes, et inquiets de l'image qu'ils vont donner.

Le deuxième volet de cette opération me semblait évidemment être
une exposition. Elle s'est inscrite dans le cadre du 13ème Art, au cours de l'automne 1992. Le quartier offrant peu de lieux adéquats, et comme je voulais que tous les protagonistes puissent la voir, même ceux qui ne fréquentent pas les lieux d'expositions, j'ai décidé d'occuper le site même de la prise de vue. La dalle des Olympiades supportant une galerie commerciale de plein pied donnant directement sur l'extérieur, j'ai demandé à tous les commerçants d'investir leurs vitrines - ce qu'ils ont accepté. J'ai alors installé 65 photographies de format 50 x 60 cm sur l'ensemble des vitrines des commerces, visibles de l'extérieur.
Afin de poursuivre l'installation hors de la dalle, et de renforcer sa présence, une colonne Morris de la rue de Tolbiac a été habillée de 4 tirages de 150cm x 127cm ainsi que d'une grande affiche annonçant l'exposition. Ont également été posés aux accès de la dalle, 4 panneaux Decaux dans lesquels étaient fixés des tirages de grands formats.
Après une inauguration en famille, et dans la bonne humeur, au Quick de la dalle, tous ont pu se retrouver, ainsi que leurs parents ou amis, dans les vitrines environnantes.