marie-hélène le ny

  Infinités plurielles

 photographiste





 

« Au moment de la colonisation, les Français ont commencé à acheminer des biens, de l'intérieur du Mali vers les côtes, en exploitant le fleuve Sénégal qui traverse la région de Kayes. Les Soninkés qui étaient sur le fleuve ont été demandés pour servir de laptots - d’hommes de fleuve - pour participer à cette circulation des marchandises. Cette relation s’est resserrée quand les Français ont recruté des marins pour la marine
marchande... De nombreux Maliens sont arrivés en France au début des années 1960. C'était une migration circulaire. Les premiers membres d'une famille restaient quelques années, une fois qu'ils avaient gagné suffisamment d'argent, ils rentraient - mais avant, ils se faisaient remplacer par un membre de la famille. Après 1974, avec la fin de l'immigration du travail, ces Maliens ont commencé à s'installer dans le pays et les programmes de politique de
regroupement familial ont marqué le début de l'arrivée des femmes en France.

 

Dans le cadre de mon doctorat en économie du développement, je suis partie 18 mois au Mali, dans la région de Kayes, qui envoie une grande majorité des Maliens de France. C’est une région très sèche, mais qui bénéficie de la présence du magnifique fleuve Sénégal, très bleu au milieu d'une terre un peu rouge... Au sein de l’Institut de Recherche pour le Développement où je travaille, je m'intéresse en particulier aux retombées de la migration pour les pays d'origine, en me focalisant sur le Sénégal et le Mali. Mon objectif est de dresser des diagnostics précis - tant sur les effectifs de migrants que sur les fonds envoyés au pays, en particulier par les Maliens. Ces transferts protègent la famille en la mettant à l'abri de chocs de revenus, dans un contexte africain où il n’y a pas d'assurances ni de crédit. Une autre partie de l'argent de la migration transite par le biais d'associations créées par des migrants en France avec pour objectif le développement des localités d'origine. »

Flore Gubert
Chargée de recherche, IRD, laboratoire DIAL

précédente


 suivante


 Sortie