marie-hélène le ny

  Infinités plurielles

 photographiste





 

« Cornelius Agrippa, un humaniste connu dans toute l'Europe au début du XVIe siècle, a défendu la supériorité paradoxale des femmes. Dans ce texte fondateur, il expose des idées proto-féministes : si l’on juge les femmes inférieures, c’est à cause de leur éducation et de la coutume. Agrippa relit la Genèse pour montrer que les femmes sont en tous points supérieures aux hommes. Il se livre à un exercice de rhétorique bien sûr, mais les féministes y ont certainement puisé leur inspiration. Lorsque j'ai commencé mes recherches, j'étais fascinée par les prises de positions politiques des femmes pendant la Révolution anglaise, une période extraordinaire au milieu du XVIIe siècle, où les femmes ont manifesté dans les rues et pétitionné. J'étais passionnée par leurs écrits et pamphlets que j'ai étudiés à Cambridge pendant ma thèse de littérature et civilisation anglaises.

 

La catégorie de genre était connue au XVIIe siècle - le mot gender apparaît dans les traités médicaux. Dans les sermons et les discours moraux, l'apprentissage des rôles sexuels est finalement attribué à la nature. Dans la pratique, il existait une assez grande porosité entre les activités des deux sexes. Jusqu'à la Restauration par exemple, les femmes n'avaient pas le droit de monter sur scène, et les rôles féminins étaient joués par des hommes déguisés en femmes. On acceptait alors, par convention, que l'homme travesti en femme était une femme pour le spectateur. La conception biologique des sexes a été élaborée par les biologistes et les médecins du 19e siècle. Quand je remonte aux origines du patriarcat, les étudiants sont étonnés de se rendre compte que toute la culture occidentale - et au-delà -, est fondée sur le préjugé de l'infériorité des femmes. »

Claire Gheeraert-Graffeuille
Maîtresse de conférences, ERIAC, Université de Rouen

précédente


 suivante


 Sortie