marie-hélène le ny

  Infinités plurielles

 photographiste






« J'ai commencé par chercher un endroit où jouer au basket,
je ne voulais pas vraiment faire une carrière scientifique. J'ai grandi à Rolla où mon père était le photographe de l'université. Du coup j'ai décidé d'y aller étudier le management de l'ingénierie. J'avais un niveau honorable en mathématiques au lycée, et étant enfant j'ai toujours aimé les sciences. J'aimais aller au grand air pour étudier la nature. J'étais aussi une athlète et j'aimais la dimension compétitive du sport. J'aime rencontrer les gens et j'aime toujours en savoir plus sur leur travail, donc j'ai exploré les différentes options et finalement choisi le génie civil comme domaine d'exploration. J'ai travaillé à Kansas City où j'étais ingénieure en prévention des risques, donc j'allais sur le terrain pour détecter ce qui pouvait être préjudiciable pour les gens. J'aimais parler aux gens de ce qu'ils faisaient dans leur travail, et essayer d'imaginer des solutions pour améliorer la sûreté de leur équipement et la sécurité des lieux de travail. Sur ce campus, ma tâche principale
est de recruter davantage de femmes et de représentants des minorités.

 

Les jeunes femmes et les étudiants issus des minorités veulent juste réaliser leurs rêves, et ils ne veulent pas que quoique ce soit les en empêche. Quand les étudiant-e-s ont des hauts et des bas, je veux qu'ils puissent venir dans notre service et trouver quelqu'un à qui parler. Nous pouvons les soutenir tout au long de leur parcours ou simplement les aider à ouvrir les yeux sur toutes les possibilités qui s'offrent à eux. Nous fournissons également des bourses en science et en ingénierie pour les jeunes femmes et les étudiants issus des minorités. C'est une grande joie de voir les étudiant-e-s pouvoir se détendre un peu et se consacrer à leurs études. Nous disons toujours aux étudiantes : «  Cherchez quelqu'un qui va comprendre pourquoi vous êtes là, c'est très important d'avoir un soutien qui vous encourage et vous aide à réussir. » Nous encourageons aussi les hommes à rejoindre les associations féminines. Je pense que les étudiants issus des minorités peuvent se sentir proches de ce que les femmes doivent surmonter, même si c'est d'une façon différente, et que cela leur permet de les soutenir et de s'impliquer davantage avec les autres étudiants. »

Cecilia Elmore,
Directrice des programmes pour les femmes, les minorités & la sensibilisation à la diversité, Missouri S&TUniv.


précédente


 suivante


 Sortie